Victoria.jpgLes éditions Gaïa ont l’excellente idée de rééditer Victoria, un des romans du grand écrivain norvégien Knut Hamsun (1859-1952) prix Nobel de littérature 1920. Si la couleur de leurs publications n’est plus le saumon mais un élégant blanc crème, le contenu demeure le même fait d’exigence et de qualité.

Victoria est le portrait d’une société où l’argent, le nom et l’honneur passent avant les sentiments. Victoria est jeune, belle et riche. Son père a décidé depuis longtemps qui elle épouserait. Johannes est fils de meunier, désargenté et sans titre. Et pourtant, ils s’aiment d’un amour indestructible. Un amour rongé chaque jour un peu plus par un acide impitoyable: la peur. La peur de s’aimer, la peur de se l’avouer à soi-même et aux autres, la peur de ne pas respecter l’ordre social.

Aucun des deux n’imagine un seul instant réussir à conquérir l’autre. D’ailleurs, essayent-ils d’aller contre les codes de la société norvégienne de la fin du XIXe siècle ? Victoria se fiancera à celui auquel elle est promise et Johannes – devenu un poète lu dans toute la Norvège et à l’étranger – ne fera jamais le pas nécessaire pour prendre la main de celle qu’il aime. Dans un style glacé pour mieux figer la puissance des sentiments décrits (ou détruits), Knut Hamsun fait le portrait d'êtres humains étouffés par une société qui ne les tolère qu'à leurs places, c'est-à-dire les uns à côté des autres, mais surement pas ensemble. Universel.

Victoria
Knut Hamsun
Éd. Gaïa, Février 2010.
124p. 14€.
Roman
Poursuivre avec ...

Knut Hamsun, rêveur et conquérant
Ingar Sletten Kolloen
Éd. Gaia. Février 2010.
768 p. 28 € Février 2010