La_belle_vie.jpgSi vous ouvrez ce livre, ne venez pas vous plaindre que l’on ne vous a pas prévenu. En effet, La belle vie est un roman violent, cruel, nauséabond où les personnages sont plus pervers les uns que les autres. Jack veut devenir une star de la télévision ou du cinéma, être riche et célèbre. Quoi de plus banal à Hollywood ? Seulement, les moyens qu’il va mettre en œuvre pour y parvenir sont hors-norme.

Il y a un proverbe qui dit «Dieu a fait l’homme avec un sexe et un cerveau mais pas assez de sang pour alimenter les deux en même temps». Pour Jack, Ryan et Powell - les trois hommes du roman - on peut dire qu’il a été écrit spécialement pour eux. Car, dès qu’ils croisent Bella, sorte de petite-fille du docteur Mengele au physique d’Ava Gardner, ils perdent le micron de raison qui les habite et s’investissent un peu plus dans leur auto-destruction et celle de l’humanité qui les entoure.

Si vous chercher dans la littérature qu’elle vous bouscule, si vous aimez les comportements choquants et les limites brisées de toutes parts, alors le style puissant et entraînant de Matthew Stokoe vous submergera de plaisirs interdits.

A-t-il pour autant écrit un livre insoutenable ? Vous avez vu le journal télévisé de 20h ? Est-il interdit au moins de 18ans ? Et pourtant, le « JT » est souvent insoutenable. Alors, libre à vous de découvrir La belle vie, libre à vous de juger Matthew Stokoe, libre à vous de juger la Série Noire, mais libre à vous aussi de juger vos limites...

La belle vie
Matthew Stokoe
Gallimard
Coll. Série Noire
Février 2012, 449p. 23,50€.

Traduction de Antoine Chainas, auteur de Versus (Gallimard, Série Noire, 2008). Article publié le 2 mars 2012.

LETTRE LIBRAIRE POLAR ROMAN NOIR

Commander sur fnac.com