Les_Machoires_du_Serpent.jpgLes reconversions des personnalités médiatiques sont souvent propices aux critiques, fondées ou pas. Avec ce roman policier qui signe la suite des aventures de Ashe, enquêteur français en Australie, la question ne se pose plus.

Hervé Claude sait véritablement écrire et raconter une histoire policière qui tient en haleine son lecteur. On reconnaît le journaliste qui tient à montrer un visage vrai de l’Australie et de ses problèmes d’industrie et d’écologie, d’identité même, et pas uniquement une carte postale touristique et cliché.

On retrouve un corps puis deux, puis d’autres dans différentes parties de l’Australie. Point commun entre ces meurtre, les victimes ont toutes eu le sexe tranché. Ashe est mis sur l’affaire par son ami policier Ange Cattrioni. Il enquête alors aux quatre coins du pays, dans les industries forestières et minières, qui sont autant de lobbies très influents dans le pays. L’enquête se poursuit aussi dans le milieu gay.

L’intrigue est bien menée parce qu’elle refuse la facilité. Plus qu’un « polar gay », c’est un polar, intriguant et bien écrit, qui ne laisse qu’un regret : roman très prenant, il se lit d’une seule traite et une fois qu’on l’a terminé, on aimerait déjà en lire la suite.

Les mâchoires du serpent
Hervé Claude
Actes Sud
Août 2012.
LETTRE LIBRAIRE POLAR ROMAN NOIR