Tout_cela_n__a_rien_a_voir_avec_moi.gifLes jurés du prix de Flore ont attribué à Monica Sabolo pour son roman "Tout cela n'a rien à voir avec moi" (éd. Lattès). Elle succède à Oscar Coop-Phane récompensé pour "Zénith Hôtel" (éd. Finitude).

La lauréate, qui recevra et un verre de Pouilly gravé à son nom qu'elle pourra déguster au Flore toute l'année (et un chèque de 6.100 euros) a eu huit voix au premier tour, contre quatre à Flore Vasseur pour "En bande organisée" (éd. Equateurs). Monica Sabolo est rédactrice en chef des pages culture de Grazia.

Voir le palmarès du Prix de Flore


Résumé de l'éditeur :
Je crains que tout cela n'ait rien à voir avec moi décortique un chagrin d’amour, selon une méthode relevant de la fantaisie, de la poésie et de la science. Il se présente comme un traité académique, dont l’auteur serait à la fois le sujet et l’objet (dispositif qui révèle ses limites, ne nous le cachons pas). Alternant observations cliniques et textes lyriques, photos et correspondance, ce roman-collage est à la fois une enquête de police (les objets du quotidien sont présentés comme de pièces à conviction) et une fiction, drôle, folle, déchirante.



C’est aussi le témoignage d’une obsession, le récit d’un gouffre qui se dévoile. Doucement une réalité archaïque affleure, et l’auteur glisse, comme malgré elle, vers une autre blessure pour remonter doucement vers les racines du mal. Que nous transmettent nos parents ? Leurs chagrins s’impriment-ils dans nos cellules comme une mémoire fatale ? Sommes-nous voués à revivre, encore et encore, des émotions encodées dans une région fossile de notre cerveau ?
Un texte aussi gracieux que bouleversant qui inaugure peut-être un nouveau genre romanesque.

Article publié le 8 octobre 2013.