Les_delices_de_Turquie__poche_.jpgDu sexe et de la liberté ! Voici la vie du héros de jan Wolkers, sculpteur de son état et don juan devant, derrière et dedans l’éternel féminin ! Surtout, depuis qu’il a rencontré Olga la roussissime beauté, tacheté de sensualité, promesse infinie de plaisirs indécents et incandescents.

Tout d’abord flamboyant de vie puis mélancolique et enfin triste, Les délices de Turquie racontent la rencontre, le mariage et le divorce de Jan Wolkers avec Olga la rousse - Olga Staboulas - a qui est dédicacé ce roman.
Une belle-mère épouvantable avant pendant et après leur divorce est le seul personnage choquant au milieu de tant d’insouciance. Elle réussira néanmoins à détruire leur amour.

Publié à la fin des années 60 à Amsterdam – haut lieu de publication plus ou moins licite au siècle des Lumières – puis en 1976 en France Chez Belfond, les mêmes éditions ont l’excellente idée de republier Les délices de Turquie après quasiment trente ans d’indisponibilité, dans leur nouvelle collection Belfond Vintage.

Il faut lire Les délices de Turquie pour tenter d’imaginer la liberté dont jouissaient ceux qui les ont vécues. Laissez-vous emporter par sa crudité, sa sexualité, sa promesse d’une vie de liberté inimaginable aujourd’hui. Les années 60 ont quelques choses de magique : liberté, travail avec ou sans diplôme, sexualité sans risque, plaisirs jusqu’au bout de la nuit pour quelques pièces. Et cet esprit qui faisait prévaloir la vie avant le boulot ou une carrière. Easy rider sur la route, Woodstock au fond du champ et Les délices de Turquie au fond du pieu !

Les délices de Turquie
Jan Wolkers
10/18
168p. 7,10€
Avril 2014.

Article publié le 24 avril 2014.