Art nouveau.jpgRENTRÉE 2020 1890, Budapest, Lajos Ligeti voit l'avenir devant lui, il ne s'appelle pas encore Art Nouveau mais entend bien participer à sa construction. Jeune viennois de vingt ans, il fuit la pharmacie familiale que ses parents le voyaient reprendre, pour se lancer en architecture à la conquête de Budapest, l'autre grand ville de l'Empire austro-hongrois en cette fin de 19e siècle. Attiré par les nouveautés technologiques - le téléphone, le métro ou encore le béton armée - le jeune homme s'installe chez son oncle, un vieux juif solitaire, serrurier de profession et qui marmonne des prières à longueur de journée.

Mari moyen et père absent, lajos Ligeti est absorbé par ses plans, ses enfants s'appelleraient plutôt dessins, planche, etc. Il ne vit que pour son art, pense l'Europe sans frontière, exerce les nombreuses langues qu'il maîtrise parfaitement pour tisser des liens et offrir son talent à la construction d'un monde nouveau.

Malheureusement, Lajos Ligeti n'entend rien à la politique et ne comprend pas en quoi le fait d'être juif poserait un problème lors d'un concours à Londres, Paris, Budapest ou en Hongrie. Il ne voit pas les nationalismes monter, les frontières s'ériger, les esprits se rétrécir, sa chute n'en sera que plus lourde.

Art Nouveau est un roman sur l'espoir de voir les arts et les nouvelles technologies rapprocher les peuples et, dans l'obscurité, démontre la montée de la haines des obscurantistes contre la tolérance et la liberté. À comparer avec ce début de 21e siècle....

Art Nouveau
Paul Greveillac
Gallimard
20 août 2020