Edme_Bouchardon_une_idee_du_beau.jpg RENTRÉE 2016 Edmée Bouchardon (1698-1762) est peu connu en France. Le génial Rodin (1840-1917) a tout vampirisé dans le domaine de la sculpture française et le centenaire de sa disparition arrive à grand pas avec un très grand nombre d'expositions. Alors que l'exposition consacrée à Edme Bouchardon vient de se clôturer au Louvre il est utile de se plonger dans le catalogue que les éditions Somogy publient à cette l'occasion et de rendre hommage à Bouchardon.

La période italienne de Bouchardon
Né en plein Grand Siècle, Edmée Bouchardon reçoit le premier prix du concours de sculpture organisé par l'Académie Royale de Peinture et de Sculpture. Il est alors envoyé en résidence à l'Académie de France à Rome ou il séjourne de 1723 à 1732. Son talent ne reste pas inconnu très longtemps. Le Pape lui passe commande de sculptures et il est élu à l'Académie de Saint-Luc - une académie réunissant de nombreux artistes, fondée en 1577 par le Pape Grégoire XIII et qui existe encore aujourd'hui. Soutenu par le Directeur de l'Académie de France à Rome, les ambassadeurs français et plusieurs cardinaux italiens, il reçu des commandes prestigieuses comme le buste en marbre du Pape Clément XII (1731), le modèle de la Justice avec ses deux enfants pour la Chapelle Corsini de Saint-Jean-de-Latran (1732) ainsi que de nombreux portraits de personnalités italiennes, anglaises et françaises.
Edme_Bouchardon_L_Amour_se_faisant_un_arc_de_la_massue_d_Hercule__Departement_des_Sculptures__musee_du_Louvre___RMN_-_Grand_Palais__Musee_du_Louvre__Herve_Lewandowski.jpg
La période française de Bouchardon
Cette notoriété ne plaît pas à Paris ou il est rappelé et logé au Louvre. De son séjour romain, il ramènera précieusement la quasi intégralité de ses dessins, esquisses et sanguines qu'il accrochera sur les murs de son atelier et les conservera jusqu'à sa mort. Profondément inspiré par les antiques, il poursuit ses dessins et impressionne le Tout Paris avec la représentation d'un homme sur un torse nu au Salon de 1738. Bouchardon fut très prolifique. En effet, il s'exprima dans le dessin, la sculpture, la gravure, les sanguines, la peinture ou encore l'illustration de livre (L'Histoire naturelle de Buffon). Il meurt en 1762. À défaut de réaliser la Fontaine de Trevi, pour laquelle il fut pressenti et réalisa un projet, il se consola avec la Fontaine de Grenelle, - une commande prestigieuse - qui commémorait l'arrivée de l'eau dans un quartier de la capitale. Au sommet de sa gloire, il sera choisi pour sculpter le roi Louis XV. Bouchardon est choisi en 1748 et la sculpture approuvée définitivement par le Roi en 1755 après la présentation de vingt-huit projets. La sculpture fut fondue en 1758 et installée place Louis XV - future place de la Concorde - le 23 février 1763 sept mois après la mort de Bouchardon. C'est Pigalle, sur l'ordre de Bouchardon, qui terminera la sculpture définitivement en 1772. Vingt ans plus tard, elle était détruite et fondue.


Edmée Bouchardon (1698-1762) une idée du beau
Sous la direction de Guilhem Scherf, conservateur général au département des Sculptures du musée du Louvre, Juliette Trey, conservatrice au département des Arts graphiques du musée du Louvre, Anne-Lise Desmas, Curator and Department Head of Sculpture and Décorative Arts at The J. Paul Getty Muséum, Los Angeles et Édouard Kopp, The Maida and George Abrams Associate Curator of Drawings, Harvard Art Museums, Cambridge (MA)
Somogy éditions
480 illustrations.
448p. Relié, 49€
Septembre 2016

Crédit photo :
Edmée Bouchardon, L’Amour se faisant un arc de la massue d’Hercule.
Département des Sculptures, musée du Louvre © RMN - Grand Palais (Musée du Louvre), Hervé Lewandowski.


Billet publié le 5 novembre 2016 Pour commander ce livre, cliquer sur le lien ci-dessous :

Commander sur fnac.com