Emmanuel Grand est sans pitié avec ses lecteurs. Dès le début, il amène avec une subtile cruauté une scène d’une rare violence qui nous retourne l’estomac. Marko Voronine et ses compères ont désormais la mafia roumaine aux trousses et se cachent