Garder le sourire pendant tout un roman est chose rare. J.M. Erre nous le permet sans difficulté avec Le mystère Sherlock et ses personnages burlesques. Tous sont atteints d’Holmésologie aiguë – et candidats à la nouvelle chair de la Sorbonne : une