Logo_1.jpgDans M le Magazine du Monde daté du 28 avril 2012, Justine Faure nous annonce que le portail internet Yahoo ! a déposé deux brevets permettant la diffusion de publicité dans les e-books. La publicité dans quelques livres papier existe déjà, surtout dans les livres de poches. La différence majeure est que dans un livre papier personne ne vous oblige à la lire, d’autant plus qu’elle est située, en général, à la fin de l’ouvrage et non pas en plein milieu comme l’ambitionne Yahoo !.

Concrètement, le héros boit un chocolat (et pourquoi pas une bière, un whisky, de la cocaïne !) et Yahoo ! envoye une pub ciblée sur le produit pour trouver le fournisseur le plus proche. En effet, la publicité surgirait automatiquement ! Bonjour le confort de lecture… Imaginez une scène d’amour entre Bob et Jennifer, le baiser est langoureux, les caresses nombreuses et paf ! Yahoo ! balance une pub sur les matelas, les préservatifs ou le motel le plus proche.

L’imaginaire brisé, envahi, violé par la pub. Les agences de pub en ont rêvé. Yahoo ! va le faire. Reste à convaincre les lecteurs de e-books - très nombreux aux USA et peu nombreux en France. La carotte étant une fois de plus la baisse du prix. En effet, le lecteur aura une réduction plus ou moins importante en fonction du nombre de publicité qu’il acceptera. Nombre de lecteurs se diront qu’ils subissent déjà de la pub dans les films à la télé alors, pourquoi pas, dans les livres ? Est-ce un hasard si Apple, Intel ou Microsoft (que des PME) s’intéressent de plus en plus au livre numérique et à son potentiel illimité de passerelle commerciale ?

Si on peut ajouter des fichiers, on peut aussi en enlever ?
Si une firme de la puissance de Yahoo ! peut ajouter un fichier à votre roman électronique, peut-elle en enlever ? C’est là toute la question de l’intégrité d’un texte. Votre bon vieux livre de poche papier, tout abîmé, raturé et à moitié déchiré qu’il soit, n’en conserve pas moins un texte intégral c’est-à-dire intègre, respectueux de l’œuvre de son auteur que personne ne pourra modifier. Avec un format numérique, le lecteur a-t-il la certitude, la sérénité, de lire l’œuvre en son intégralité ? Et surtout, a-t-il la certitude que personne ni aucune firme ne modifiera ou ne supprimera à dessein, idéologique ou commercial, tel écrit politique ou philosophique du texte électronique qu’il aura téléchargé ?
À suivre…

Thomas Le libraire.
Article publié le 3 mai 2012.