Sandrine_BEAU.jpgSandrine Beau a été animatrice radio, réalisatrice de films vidéo, clown ou encore Madame Météo. Maintenant, elle écrit des histoires pour les enfants ! Ses textes ont été publiés chez Grasset Jeunesse, Oskar, Talents Hauts, Gargantua... Mais aussi en presse ou encore joués sur scène. Invitée au festival du livre jeunesse de Dole, dont la lettre du libraire est partenaire, Elle rencontrera dix classes dans les écoles du Grand Dole, et sera également en dédicace lors du festival.

LALETTREDULIBRAIRE.COM: Bonjour Sandrine, vous êtes invitée du festival "livre jeunesse" de Dole en avril prochain, Au-delà des traditionnelles dédicaces, vous rencontrerez des élèves des écoles de Dole. Que retirez-vous de ce type d'expériences__ ?
SANDRINE BEAU: Une bouffée d'énergie, des yeux émerveillés et la plupart du temps, de très jolies surprises. J'ai eu par exemple récemment, deux comédiens en herbe de quatre ans et demi, qui m'ont "joué" un de mes albums. Grand grand moment ! Et puis quel plaisir de rencontrer ses lecteurs, de voir ce qui leur a plu dans mes livres et peut-être de déclencher un amour des livres…

LALETTRE: Votre dernier ouvrage "Le Soleil sur la Colline" (1) entraîne le lecteur dans un conte tendre et coloré, qui aborde le thème du deuil chez l'enfant. Comment faire pour aborder un tel thème en gardant la bonne "distance" émotionnelle avec de jeunes lecteurs ?
S.B.: Je ne sais pas si je connais la réponse à cette question… Par contre, je suis persuadée que l'on peut parler de tout aux enfants. En faisant attention à la façon dont on le fait, en respectant leur jeune âge et leur maturité. Ne rien dire, avoir des sujets tabous, est plus néfaste à mon sens que de répondre à leurs qLe_soleil_sur_la_colline.jpguestions, qui elles viennent tout naturellement et sur tous les sujets !



LALETTRE: Vous travaillez régulièrement avec la presse jeunesse ("Les p'tites sorcières", "Mes 1ers J'aime lire" , "Pomme d'api"...) , ceci nécessite-t-il une écriture particulière ?
S.B.: Oui, notamment en raison du calibrage très précis des textes. Ensuite, même si là aussi, pratiquement tous les sujets peuvent être abordés (à part la mort justement !), les histoires sont peut-être un peu plus lissées. Ou plutôt, en édition, un auteur pourra se permettre d'aller plus loin qu'en presse, pourra utiliser une langue plus crue, etc…

LALETTRE: De votre point de vue d'auteur, la presse jeunesse est-elle une belle porte d'entrée vers la littérature pour nos enfants ?
S.B.: Tout à fait, d'autant plus que la presse propose des textes de grandes qualités et d'une grande variété.

LALETTRE: Vous écrivez de belles histoires, souvent ancrées dans le quotidien, la réalité de notre société. Est-il simple d'entraîner le lecteur dans l'imaginaire avec des sujets d'actualité ?
S.B.: Je ne sais pas si c'est simple, mais c'est ce dont j'ai envie de parler. Pas pour chaque histoire, parfois, j'ai envie d'écrire des histoires qui font sourire et rire (comme un de mes albums à sortir en mars prochain chez L'élan vert "La girafe en maillot de bain") mais assez souvent, oui. Je trouve ça intéressant de parler de tout et de déclencher des questionnements chez les jeunes lecteurs.

LALETTRE: Quelle est l'œuvre de littérature jeunesse que vous recommanderiez à vos amis adultes ?
S.B.: Il y en a plein ! Mais peut-être un livre d'une amie, qui m'a bouleversé. "Sweet sixteen", d'Annelise Heurtier, qui sort chez Casterman au printemps prochain (le 3 avril). Il raconte l'histoire des premiers étudiants noirs qui ont été acceptés dans une faculté aux Etats-Unis, la force qu'il leur a fallu pour faire face au racisme et ce qu'ils ont eu à subir. C'est un roman magnifique qui s'inspire de faits réels et qui, après sa lecture, m'a encore longtemps hanté.



LALETTRE: Quelle est l'œuvre de littérature générale que vous recommanderiez à vos enfants pour entrer dans "l'âge adulte" ?
S..B.: Plein, là aussi ! Prévert, Boris Vian, Queneau, Romain Gary… Mais aussi "Un secret" de Philippe Grimbert, "L'arbre aux haricots" de Barbara Kingsolver, "Le combat ordinaire" de Manu Larcenet, "Les petits ruisseaux" de Rabaté… et j'en oublie sûrement.

Des_cretes_a_l__eau.gif

LALETTRE: Est-il possible de faire des crêpes sans lait ?
S.B.: Bien sûr. Vous trouverez d'ailleurs cette recette et ses avantages certains, dans un de mes romans pour les 6 ans et plus "Des crêpes à l'eau" aux éditions Grasset (2) !

(1) "Le Soleil sur la Colline"
Sandrine Beau (texte)
Nicolas Gouny (illustrations).
éd. Gargantua
24 janvier 2013
32 pages quadri. 8,90 €

(2)Des crèpes à l'eau
Sandrine Beau (texte)
Sandrine Kao (illustrations)
Grasset jeunesse
Coll. Lampe de poche
Dès 6 ans (poche).
Mai 2011.

Propos recueillis le 12 février 2013.
©lalettredulibraire.com.
Article mis en ligne le 13 février 2013.