Des_gens_tres_bien.jpgQu’est-il arrivé à Alexandre Jardin ? Il nous distrait depuis plus de vingt ans avec des romans légers, drôles et bien écrits. Ses personnages plus fantasques les uns que les autres nous faisaient rêver d’une famille déglinguée comme celle des Jardin. Et là, soudain, il jette tout, le bonheur le sourire le plaisir de vivre pour la culpabilité, la honte et le pardon.
Son grand-père Jean Jardin surnommé le Nain Jaune a collaboré avec les Allemands. Il était le directeur de cabinet de Pierre Laval du 20 avril 1942 au 30 octobre 1943, autant dire un des plus hauts responsables du régime vichyste. Circonstance aggravante, la rafle du Vel d’Hiv a eu lieu en juillet 1942.
Sauf que dans la légende familiale des Jardin, cela n’a jamais posé problème. À personne. Jusqu’à Alexandre. Le Nain jaune était un grand-père distingué et bien habillé qui savait accueillir ses petits-enfants dans sa villa Suisse ou il avait élu domicile au cas où la police française le rechercherait...
Le Nain Jaune n’avait aucune conscience de sa culpabilité. Le Zubial, son fils en avait conscience, mais ne ressentait aucune culpabilité, quant à Alexandre le petit-fils, il en a pleinement conscience et en ressent une culpabilité monstrueuse. Avec Des gens très bien Alexandre tente d’affronter l’Histoire, le passé et sa famille.
Comme dans ses livres précédents, la plume est incisive et le style enlevé, mais on sent que le coeur n’y est pas. Son sujet le dégoûte, mais il doit en parler. Sa mémoire le travaille à chaque page, il tente de se convaincre que son grand-père était quelqu’un de très bien. Mais à chaque page, les faits ressurgissent : son grand-père était un collabo, en boutons de manchettes certes, mais un collabo quand même.
Alexandre le malheureux a-t-il remplacé Alexandre le bienheureux ? C'est bien possible car pour les lecteurs, Il y aura un avant et un après Des gens très bien. Les romans légers d’avant nous divertissaient et servaient à Alexandre à se mentir à lui-même et on faisait parti de la famille. Sa sérénité personnelle dût-elle en souffrir on aurait préféré, nous lecteurs, qu'il garde son histoire familiale pour lui et continue à nous faire rire.

Des gens très bien
Alexandre Jardin
Grasset
Janvier 2011
300p., 18€.

Commander sur fnac.com