Gerard_Collard.jpgGérard Collard est sans doute le libraire le plus connu de France. Sa librairie La Griffe Noire à Saint-Maur-des-Fossés est une référence tant pour les clients que pour les professionnels de la librairie. Chroniqueur littéraire attitré de plusieurs émissions de télévision ou de radio - sur LCI, France 5, Oüi FM et France Info - ses coups de coeur, voire ses coups de gueule, sont souvent suivi d'effets sur les ventes des livres concernés.

En mars 2012, il a présenté sa candidature à l'Académie française, au siège de Jean Dutourd, afin de prendre la parole et défendre la librairie indépendante française. Il est un défenseur du livre papier mais utilise internet et les réseaux sociaux pour mieux les vendre. Enfin, la Griffe Noire co-organise le Salon international du livre au format poche de Saint-Maur-des-Fossés qui aura lieu les 23 et 24 juin prochain.

Lalettredulibraire.com : Saint-Maur en poche est le premier salon du livre au format poche en France. Cette réussite est-elle aussi symptomatique de la crise économique actuelle ?
Gérard Collard: Non, je pense que la crise économique est peut-être un plus mais au départ, lorsque nous avons créé ce salon avec la Ville de Saint-Maur des Fossés, ce n’était pas en fonction de la crise économique. C’était tout simplement parce que le poche est un format que les gens adorent. C’est le format de notre génération : pratique, facile, qui ne prend pas de place. C’est d’ailleurs ce que voudrait remplacer la tablette numérique. Ce salon a été imaginé autour du poche parce qu’on aime ce format.

Lalettre: Les auteurs, les signatures, les dédicaces sont-ils le petit plus que les lecteurs attendent de leurs libraires ?
G.C.: Chaque librairie a ses attentes, ses lecteurs. Chez nous, les lecteurs n’attendent pas particulièrement les signatures. Mais il y a certaines librairies où c’est devenu une spécialité. Chez nous, pas du tout !

Lalettre: Un projet de loi sur le retour de la TVA sur le livre à 5,5% a été déposé au Sénat par le groupe communiste, cela sera-t-il suffisant pour relancer les ventes en librairie physique ?
G.C.: Je pense que c’est quelque chose qui est nécessaire pour que la vente des livres continue à exister mais ce n’est pas ça qui va les relancer en librairie physique. Redynamiser les ventes en librairie sous-entend une remise en question complète des méthodes de vente, des lieux… bref, une remise à plat de tout ce qui a été fait depuis 50 ans. Il faut se battre d’une façon différente, avec des moyens différents, utiliser les médias… pour remettre le livre dans l’actualité et dans la ville.
lagriffenoire.com.jpg Lalettre: Est-ce que la TVA à 7% a nui aux ventes de la Griffe Noire depuis sa mise en vigueur le 1er avril dernier ?
G.C.: Non.

Lalettre: Pouvez-vous nous préciser quelle place prend lagriffenoire.com dans votre chiffre d’affaires ?
Cela représente environ 10%. C’est un chiffre en constante augmentation.

Lalettre: Êtes-vous déçu de ne pas avoir été élu à l’Académie française ?
G.C.: Non parce que notre but était d’utiliser cette élection pour parler de la librairie, de son importance, de ses problèmes face à la crise économique et le système économique français. Nous avons totalement réussi notre but puisque nous avons été invité sur toutes les chaînes de télévision et de radio pour en parler. Nous avons ainsi donné la parole, à travers nous, aux libraires français.

Lalettre: Que pensez-vous de notre nouveau Ministre de la Culture et de la Communication ?
G.C.: Rien puisque je ne la connais pas.

La_petite_fille_aux_allumettes.jpg LaLettre: Dernière question traditionnelle à lalettredulibraire.com : quel livre conseilleriez-vous nos lecteurs ?
G.C.: Nadine Monfils, La petite fêlée aux allumettes des éditions Belfond.

Crédit photo: © Jérôme D. Menza
Remerciements: Gérad Collard, Agence Carré final.

Propos recueillis le 6 juin 2012.