Le_Tresor_de_Naples.jpg Naples, son port et son volcan, San Carlo et ses chants baroques mais surtout Naples, son Trésor et son saint patron. Cette ville plusieurs fois millénaire a attendu 1527 pour se choisir un saint protecteur. En effet, Les napolitains en eu marre que tant de catastrophes s'abattent sur eux : la lave du Vésuve, les tremblements de terre, les envahisseurs (Espagnols, Français, Hongrois...) la peste.... Ils décidèrent alors de prendre un saint patron, San Gennaro, martyrisé et décapité sous Dioclétien en 305.

Depuis, les napolitains lui vouent un culte sans limite et un contrat insolite a été passé entre le peuple de Naples et le saint. Ainsi, les napolitains lui érigent une chapelle et lui constituent un trésor. Celui-ci est administré par la Députation, une institution laïque (1). De fait, cet étrange arrangement juridique (au pays de la magouille institutionnalisée, faut-il le préciser ?) a toujours été respecté. Il a été confirmé par une bulle pontificale "de fondation" signée par Paul V en 1605. Ce document demeure aujourd'hui encore incontestable ainsi que le décret daté du 23 janvier 1811 de Joachim Murat - Roi de Naples de 1808 à 1815 - qui place la Députation sous la présidence honoraire du maire de Naples. Ce texte, aussi, est encore respecté de nos jours.

La Députation a ainsi pu rassembler un trésor considérable, dont quelques pièces remarquables sont proposées, pour la première fois en dehors d'Italie, au Musée Maillol (2). Parmi celles-ci la mitre du saint, réalisée en 1713, recouverte de diamants, rubis et émeraudes, le reliquaire du sang du martyr en vermeil du XIVe siècle, réalisé par des orfèvres angevins. Le buste de San Gennaro n'a pas été déplacé mais une copie fidèle est représentée. Enfin, Trois éruptions du Vésuve, peintes par le français Pierre-Jacques Volaire, donne l'ambiance quotidienne de la vie napolitaine.

Ce catalogue, qui comporte 120 illustrations, est aussi une introduction riche, érudite et passionnée de l'histoire d'une des plus belle ville du monde.

1) Tellement laïque, que l'évêque de Naples lui-même, qui officie lors de la cérémonie de liquéfaction du sang de San Gennaro, ne pénètre dans la chapelle consacrée au saint que sur invitation de la Députation.
(2) L'exposition "Le trésor de Naples, Les joyaux de San Gennaro"
Musée Maillol
du 19 mars au 20 juillet 2014
Paris

Le Trésor de Naples. Les joyaux de San Gennaro
Coédition Gallimard / Musée Maillol
192p. 120 Illustrations, 35€
Mars 2014.

Article publié le 2 mai 2014.

Commander sur fnac.com