Grasset_logo.jpg








LITTÉRATURE FRANÇAISE
Le19 août 2015

Profession du père
Sorj Chalandon
320p., 19€
Profession_du_pere.jpg LE LIVRE :
"Tu connais ton père", disait la mère d'Emile.
Un jour, il était parachutiste. Le lendemain, habillé en pasteur, il obligeait son fils à s'agenouiller pour être exorcisé. Et le soir, il lui avouait à voix basse être un agent secret américain. En pleine nuit, le père d'Emile s'est réveillé rebelle. Soldat clandestin chargé d'une mission supérieure : assassiner De Gaulle. Mais pour tuer le général, il fallait être deux. C'est comme ça qu'Emile a été enrôlé par son père dans l'organisation'' secrète''''. Alors, il était heureux, Emile. De plaire à son père, de ne plus être battu. Mais aussi, il avait terriblement peur. Parce qu'à 13 ans, c'est lourd un pistolet. C'est pour ça qu'il a demandé à Luca de rejoindre le complot. Luca était Pied-Noir. Tout juste rapatrié d'Algérie, le collégien voulait se venger du général. "Tout ça, c'est des bêtises", disait la mère d'Emile. Pour rassurer son enfant, elle lui répétait: "Tu sais bien que ton père est malade". Non, Emile ne le savait pas. Le père était tellement malade que même le fils a failli en mourir.

L'AUTEUR :
Sorj Chalandon, né en 1952, a été longtemps journaliste à Libération avant de rejoindre Le Canard Enchaîné. Ses reportages sur l’Irlande du Nord et le procès Klaus Barbie lui ont valu le Prix Albert-Londres en 1988. Il a publié, chez Grasset, Le Petit Bonzi (2005), Une promesse (2006, prix Médicis), Mon Traître (2008), La Légende de nos pères (2009), Retour à Killybegs (2011, Grand Prix du Roman de l'Académie Française), et Le quatrième mur (Prix Goncourt des Lycéens 2013).

Le19 août 2015
La septième fonction du langage
Laurent Binet
496p., 20,90€
La_fonction_du_langage.jpg LE LIVRE :
Le 25 février 1980, Roland Barthes se fait écraser par une camionnette, alors qu’il sort d’un déjeuner avec François Mitterrand. C’est un assassinat. Le mobile : Barthes avait sur lui un document inédit de Jakobson, la septième fonction du langage, une fonction qui permet à celui qui la maitrise de convaincre n’importe qui de n’importe quoi dans toutes les situations.
Le commissaire Jacques Bayard, vieux réac peu porté sur le structuralisme, embauche Simon Herzog, jeune gauchiste sémiologue, pour mener l’enquête. Leur mission, assignée par Giscard qui prépare sa réélection, est de retrouver cette septième fonction. Cela implique d’interroger la crème du milieu intellectuel français : Michel Foucault, Gilles Deleuze, Julia Kristeva, Philippe Sollers, Louis Althusser, etc. Le couple d’enquêteurs découvre l’existence du Logos Club, une puissante société secrète où l’on se livre à des joutes oratoires féroces. La piste du Logos Club les emmène à la rencontre d’Umberto Eco à Bologne, puis sur un campus américain, où Derrida et Searle s’affrontent dans un combat mortel, et à Venise, où doit avoir lieu l'ultime joute. L’enquête s’achèvera à Paris, le 10 mai 1981.
Au fil du récit, Simon Herzog révèle des qualités de Sherlock Holmes et de James Bond. Bayard, quant à lui, se découvre un intérêt inattendu pour la French Theory. Mais Simon développe aussi une paranoïa qui le fait s’interroger sur son statut ontologique : et s’il n’était, au fond, qu’un personnage de roman ?

L'AUTEUR :
Agrégé de lettres, Laurent Binet est l'auteur de HHhH, couronné par le prix Goncourt du premier roman en 2010. Traduit dans près de quarante langues, figure dans la liste des cinquante meilleurs romans de l'année par le New York Times.

Le 19 août 2015
Histoire de l'amour et de la haine
Charles Dantzig
480p., 20,90€
Histoire_de_l_amour_et_de_la_Haine.jpg

LE LIVRE :
Voici sept personnages à un moment de l’Histoire de France, qui s’ouvre avec les premières manifestations contre le « mariage pour tous » à Paris et s’achève avec les dernières. Il y a Ferdinand, garçon de vingt ans qui souffre de la vulgarité de son père, le député Furnesse, vedette homophobe des médias et fier de l’être ; Armand et Aron, qui vivent en couple et partagent un grand appartement avec Anne, belle et victime de sa beauté ; Pierre, grand écrivain qui n’écrit plus et entreprend une histoire d’amour avec Ginevra. Et bien des personnages secondaires, tous apportant leur voix à ce concert de l’amour et de la haine qui a retenti dans la ville pendant ces quelques mois.

L'AUTEUR :
Charles Dantzig est l’auteur de romans (Un film d’amour, 2003, Je m’appelle François, Grasset, 2007, Dans un avion pour Caracas, 2011), d’essais Dictionnaire égoïste de la littérature française (Grasset, 2005).



Le 19 août 2015 L'amour à trois
Olivier Poivre d'Arvor
240p. 18€
L_amour_a_trois.jpg LE LIVRE :
Victime d’un accident cérébral, Léo Socrates, archiviste en chef du ministère des Affaires étrangères, voit s’effacer des pans entiers de sa vie mais réapparaître a contrario un souvenir soigneusement refoulé. Le voici parti pour un périlleux voyage en Guyane, de Cayenne à Maripasoula – au pays des orpailleurs et des indiens Wayanas- afin de retrouver la trace de Frédéric Salomon, l’ami de jeunesse, et du grand amour qu’ils ont partagé, Hélène, leur professeur de philosophie et leur initiatrice érotique, qui vient de mourir à Rouen. Trente ans plus tard, à la surface de sa brumeuse mémoire, ressurgit la géographie dangereuse, belle et imprécise du désir de trois jeunes gens dans les années 70. Un étrange désir à trois, qui s’était construit alors sur l’imitation de celui de l’autre. Que s'est-il vraiment passé entre eux à l’époque ? En remontant le cours du fleuve Maroni et celui du temps, Léo caresse la nostalgie de cet âge d’or, ce rêve perdu de la jeunesse baigné de refrains musicaux des seventies : fragile, blessé, amnésique, il s’obstine à retrouver l’homme qui pourra, peut-être, résoudre l’énigme de sa propre existence.

L'AUTEUR :
Olivier Poivre d’Arvor, essayiste et romancier, a publié ses trois derniers romans aux éditions Grasset : Le club des momies, Le voyage du fils (prix Renaudot des lycéens) et Le jour où j’ai rencontré ma fille. Diplomate, fondateur du festival « Le marathon des mots », il dirige la radio France Culture.

Le 26 août 2015
Anomalie des zones profondes du cerveau
Laure Limongi
208p., 17€
Anomalie_des_zones_profonde_du_cerveau.jpg

LE LIVRE :
« La maladie touche une à trois personnes pour mille. C’est une sorte de super giga migraine nourrie aux OGM et qui aurait bu toute l’eau de Fukushima. Un monstre déchaîné que vous ne voulez vraiment pas fréquenter. L’un de ses surnoms sympathiques est “la migraine du suicide”. » Laure Limongi met en scène et en mots les chemins parcourus pour vivre avec la maladie, source de souffrances intolérables, handicap majeur que l’on ne sait pas soigner. Pour échapper à l’enfermement dans la douleur, elle choisit la distance et des récits enchâssés sur des registres multiples, passant d’un cas à l’autre, de la poésie à la science, de l’humour à l’amour.
Sans nier son statut d’épreuve, il s’agit de vivre la maladie comme une aventure, de toucher à la douleur sans pathos mais avec la plus intense douceur : elle est, après tout, le dénominateur commun aux êtres vivants. Ou comment se réapproprier son corps dans sa magnifique imperfection. Et si, à la suite d’un Montaigne, nous redéfinissions la santé comme acceptation souveraine de la maladie ?

L'AUTEUR :
Laure Limongi est auteur, éditrice, performeuse, professeur de création littéraire : une passeuse de littérature multifacette. Soliste (Inculte, 2013) est son dernier roman paru.

Le 26 août 2015
La Logique de l'amanite
Catherine Dousteyssier-Khoze
224p. , 17€
La_Logique_de_l_Amanite.jpg PREMIER ROMAN

LE LIVRE :
Nikonor, vieillard quasi centenaire, vient d'arriver dans la propriété de son enfance, le Château de la Charlanne, en Corrèze. Snob invétéré et érudit autodidacte, Nikonor a des opinions arrêtées sur des sujets divers : littérature, fromages, et surtout champignons. Mais c'est une __conception bien particulière de la mycologie qui se dessine page après page. D'anecdotes inattendues sur ses champignons préférés (amanites et cèpes) en confidences curieuses à propos de l'histoire de sa famille, le récit prend un tour de plus en plus inquiétant. Qui est vraiment Nikonor? Qu'est-il advenu de ses proches et pourquoi voue-t-il une telle haine à sa soeur Anastasie? Et qu'est-ce qui se trame au Château de la Charlanne?__''

L'AUTEUR :
Catherine Dousteyssier-Khoze, née à Clermont-Ferrand en 1973, est franco-britannique. Elle enseigne le français à l'Université de Durham dans le nord de l'Angleterre. Elle est l'auteur de plusieurs essais, éditions critiques.

Le 26 août 2015
L'autre Simenon
Patrick Roegiers
304p., 19€
L_autre_Simenon.jpg LE LIVRE :
Dans ce roman – où tout est vrai, même ce qu’y ajoute l’imagination – Patrick Roegiers a choisi de ressusciter la figure obscure et méconnue de Christian Simenon, le frère de Georges, qui eut un destin tragique tandis que son frère atteignait les sommets de la gloire littéraire et mondaine. Car ce Christian, pourtant chéri par sa mère (bien plus que Georges), fut, au sens propre, un pauvre type: peu doué, « homme sans qualité », il se laissa séduire par le mouvement rexiste du fasciste belge Léon Degrelle (le Doriot d’outre-Quiévrin, qui occupe une si grand place dans Les Bienveillantes de Littell) qui, soudain, donna un sens à sa vie… On pense au destin d’un « Lacombe Lucien » belge. Sauf que celui-ci alla plus loin dans l’horreur et la bêtise. Et qu’il avait un frère qui rivalisait avec Balzac…
En effet, de plus en plus embrigadé dans le mouvement rexiste, Christian Simenon finira par être l’instigateur de ce que l’on appelle le « massacre de Courcelles » où un grand nombre d'otages belges furent exécutés sauvagement. A partir de là, sa dérive s’accentue… Et sa fin fut tragique. Surtout, dans le même temps, son frère, Georges, dîne à la Tour d’Argent et collectionne les triomphes amoureux et littéraires: il est lui-même assez proche de l’idéologie rexiste, mais n’en laisse rien paraître – au contraire. Il s’arrangea pour que la déchéance de son frère – qu’il n’aima jamais – ne soit pas une tâche sur sa réputation.

L'AUTEUR :
Né en 1947 à Bruxelles, Patrick Roegiers a publié neuf romans aux éditions du Seuil, dont Le Cousin de Fragonard (2006) et La Nuit du monde (2010), qui met en présence Joyce et Proust. Depuis quelques années, la Belgique est devenu un sujet en soi, traitée entre autres dans Le Mal du pays (Seuil, 2003), La Belgique, le roman d’un pays (Gallimard, 2005) et La Spectaculaire Histoire des rois des Belges (Perrin, 2007). Après Le bonheur des Belges (2012) et La traversée des plaisirs (2014), L’autre Simenon est le troisième livre qu’il publie aux éditions Grasset.

Le 26 août 2015
Les promesses
Amanda Sthers
306p., 19€
Les_promesses.jpg LE LIVRE :
Les promesses sont celles que la vie avait faites à Alexandre, bien né, choyé, bercé par de sublimes étés toscans et une douce vie parisienne… Il a dix ans lorsque son père, qui ne cessait de lui lancer des défis, meurt noyé sous ses yeux : il ne pourra plus jamais égaler, surpasser ou « tuer » le père. Ce deuil détermine son existence, tissée d’impuissance et de sublimation.
Le roman, entièrement construit en épiphanies, nous emporte des premiers souvenirs d’Alexandre à la mort de Laure, la femme qu’il aura toujours aimée sans oser lui faire l'amour: il s’initie au sexe avec une jeune fille suicidaire, il épouse, fait des enfants, forme avec deux amis un trio inséparable, se passionne pour la bibliophilie, mais Laure reste cette promesse qu’il ne tiendra jamais, pour préserver le rêve d’un ailleurs immaculé
Tout est double dans la vie d’Alexandre, que sa famille italienne appelle Sandro, qui oscille entre deux pays et deux langues, ce qui est et ce qui aurait pu être, qui vit dans la quête d’un livre et oublie ceux qui auraient pu le sauver, qui s’apprête à hériter d’un grand-père à la fois adulé et haï tout en détestant sa propre progéniture

L'AUTEUR :
Amanda Sthers est écrivain, cinéaste et dramaturge. Sa première pièce, Le vieux juif blonde (2006) lui a valu une reconnaissance internationale. Les promesses est son dixième roman – après, notamment, Chicken Street et ''Madeleine''.

Le 2 septembre 2015
Le métier de vivant
François Saintonge
256p. 18€
Le_metier_du_vivant.jpg LE LIVRE :
Ce grand roman d’amitié et d’amour se déroule des derniers soubresauts de la Grande Guerre au premier acte de la suivante, en passant par les vingt années de paix introuvable. Durant leur scolarité à Stanislas, deux cousins de la grande bourgeoisie, Max et Léo Brouillart et « Lothaire de », fils de famille aristocratique, constituent un trio soudé que la guerre de 14 va un temps séparer avant que la paix ne les réunisse.

Pied-bot désinvolte et érotomane pratiquant, Lothaire échappe à la conscription tandis que Léo, pilote breveté et homme de devoir, accomplit le sien. Max, doublement protégé par la fortune de sa famille et l’adoration de sa mère, demeure longtemps embusqué à la Maison de la Presse où il officie aux côtés de Cocteau et de Giraudoux, avant de partir combattre en 1917 sur le front d’Orient. Léo perd une jambe au combat, Max un oeil, et les deux y gagnent une médaille. Démobilisé, Max accompagne avec son habituelle nonchalance la révolution surréaliste, en se faisant galeriste et marchand d’art. Il n’affrontera à nouveau la violence que lors de la nuit d’émeutes du 6 février 34, lorsque les ligues d’extrême-droite tentent de renverser la République''.

Ce trio des « copains d’abord » est bousculé par une histoire d’amour passionnelle et énigmatique qui attache Max, par intermittence mais pendant plus de vingt ans, jusqu’au dénouement à Londres durant le Blitz, à Dionée Bennett. Epouse d’un marchand de canons américain, cette jeune aventurière, devenue grand reporter, couvre tous les confits des années 20-30, de la guerre gréco-turque à celle du Maroc, d’Espagne et de Chine. Elle est son parfait sosie : sont-ils frère et soeur, incestueux à leur insu ? Et pourquoi semble-t-elle ne pas s’étonner de leur inexplicable et confondante ressemblance ?

L'AUTEUR :
François Saintonge est le pseudonyme d’un auteur confirmé qui a souhaité, par convenance personnelle, donner à découvrir ses livres en demeurant dans la pénombre. Il a déjà publié sous ce patronyme de plume un roman, Dolfi et Marylin (Grasset).

Le 09 septembre 2015
Conversations d'un enfant du siècle
Frédéric Beigbeder
432p., 20€
Conversations_d_un_enfant_du_siecle.jpg LE LIVRE :
«J’aimerais plus tard qu’on dise des pages qui suivent : oh c’étaient des gens qui écrivaient des choses mais surtout, c’étaient des personnes qui s'asseyaient à une table pour discuter de littérature. Cela se passait à la fin d’un siècle et au début d’un autre, en un temps où ils étaient parmi les derniers au monde à s’intéresser à ce truc démodé. Ils péroraient sans s’arrêter, en buvant pour se donner du courage, ils aimaient se parler des livres qu’ils n’avaient pas écrits, des livres qu’ils allaient écrire, des livres des autres comme des leurs, et aussi des vies qu’ils n’avaient pas vécues. Ils conversaient car ils n’avaient pas sommeil. Il se faisait tard, parfois ils ne se souvenaient plus très bien ce qu’ils faisaient là, mais ils continuaient à palabrer, et le soleil était couché, et la France était morte, et ils trouvaient toujours des choses à se dire sur l’avenir du monde. Dans une époque où tout était organisé pour isoler les êtres, leurs conversations impliquaient une forme de refus. Ils discutaient donc ils étaient.»

Entre 1999 et 2014, Frédéric Beigbeder a interviewé ses écrivains favoris pour la télévision et pour la presse écrite. De Michel Houellebecq à James Salter en passant par Bret Easton Ellis, Tom Wolfe ou encore Jean d’Ormesson, il a rencontré les plus grandes figures de la littérature contemporaine. Ou plutôt, il a entretenu avec elles des conversations joyeusement débridées, dialogues sincères et cocasses, attachants, un brin nostalgiques. Il reprend ici le meilleur de ces interviews, en version complète, non coupée, inédite. Des échanges vivants, libres, généreux et passionnants, avec, au coeur, l’écriture en train de se faire.

L'AUTEUR :
Frédéric Beigbeder est feuilletoniste au Figaro Magazine et directeur de la rédaction du magazine Lui. Romancier, il est notamment l’auteur de L’Amour dure trois ans (1997), qu’il a porté à l’écran en 2012, 99 francs (2000), Windows on the World (2003, prix Interallié), Un roman français (2009, prix Renaudot), et Oona & Salinger (2014).

LITTÉRATURE ÉTRANGÈRE
Le 2 septembre 2015
Babayaga
Toby Barlow
roman traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Emmanuelle et Philippe Aronson
464p., 22€
Baba_Yaga.jpg LE LIVRE :
Paris, 1959. Un homme est retrouvé empalé sur la grille d’un jardin public. Certaines femmes n’aiment pas qu’on leur demande leur âge… Non, Zoya ne pouvait décemment pas laisser en vie son amant trop curieux, sur le point de découvrir le secret de sa maîtresse. Car Zoya est une sorcière. Venues du fond des siècles et des steppes glacées de la Russie, les « babayagas » ont essaimé incognito en Europe, ensorcelant le coeur des hommes… L’inspecteur Vidot enquête. Mais qui se frotte aux babayagas s’y pique, et voici bientôt notre héros transformé d’un coup de baguette magique… en puce, contraint de poursuivre l’ennemie en sautant d’un chien à un autre… Son chemin croisera celui de Will Van Wyck, naïf publicitaire américain travaillant à son insu pour la CIA - et prochaine proie de Zoya…

L'AUTEUR :
Toby Barlow est né et réside à Detroit, dans le Michigan. Il travaille dans une agence publicitaire le jour et se transforme en écrivain la nuit. Il est l'auteur d'un premier roman, Crocs (Grasset, 2008).

Le 9 septembre 2015

La fiancée de Bruno Schulz
Agata Tuszynska
roman traduit du polonais par Isabelle Jannès-Kalinowski
384P., 20€
La_fiancee_de_Bruno_Schultz.jpg
LE LIVRE :
Józefina Szeliska, dite Juna, fut entre 1933 et 1937 la fiancée de Bruno Schulz – peintre et écrivain de génie, âme tourmentée, assassiné en 1942 dans sa ville natale de Drobohycz, en Pologne. Elle fut sa compagne et sa muse. Mais Bruno Schulz était incapable d’aimer – sinon de vivre. Accaparé par sa seule véritable passion – son oeuvre –, il devait inexorablement s’éloigner de Juna, et du monde. Elle ne l’oublia jamais, et continua de vivre avec son fantôme jusqu’à sa propre disparition, en 1991. De cette histoire, elle ne dit rien, à personne, pendant près d’un demi-siècle. Après guerre, à la rubrique « état civil » des formulaires, elle écrivait : « seule ». Voilà pour les faits. Tout le reste n’est que le jeu de ma mémoire et de mon imagination.

L'AUTEUR :
Romancière, biographe, poète, journaliste et femme de théâtre, Agata Tuszynska est l'une des personnalités les plus en vue de la littérature polonaise contemporaine. Installée à Varsovie, elle est l'auteur d'une biographie d'Isaac Bashvis Singer (Singer, paysages de la mémoire, Noir sur Blanc, 2002) ainsi que d'Une histoire familiale de la peur (2006), Exercices de la perte (2009) et Wieran Gran, l'accusée (2011), tous publiés chez Grasset qui gère les droits mondiaux de son oeuvre.

.



Les résumés sont de l'éditeur.
Article publié le 1er juillet 2015
RENTRÉE LITTÉRAIRE 2015 LITTÉRATURE LIVRE LETTRE