salon_livre_Paris_logo_2016.pngLivre Paris était-elle la première et, peut-être, la dernière édition nouvelle formule ? En effet, Vincent Montagne (président du Syndicat National de l'Édition et coorganisateur avec Reed) n'y était pas allé de main morte AVANT Livre Paris.
Il annonçait le Salon du "renouveau" en ces termes "Nouveau nom, nouveau logo, nouvelle signalétique, nouveaux aménagements scéniques, création de nouveaux squares thématiques et d’une scène littéraire, création d’espaces de détente, mise en place d’une nouvelle programmation, plus cohérente, plus lisible, inauguration d’une première opération hors les murs dédiée à la jeunesse, en partenariat avec la Ville de Paris, Livre sur Seine, le samedi 12 et dimanche 13 mars..." On allait voir ce que l'on allait voir et les 200 000 visiteurs dépassés sans aucun problème !

Las... les petites maisons d'édition ont trouvé - une fois de plus - les tarifs de location d'espaces prohibitifs (Héloïse d'Ormesson et Viviane Hamy étaient absentes cette année);
Le tarif d'entrée pour le grand public - 12 euros ! - pour aller acheter des livres était beaucoup trop élevé (l'entrée au Salon du livre de Bruxelles est gratuite...);
L'interdiction scandaleuse faite aux visiteurs de rentrer avec leur propre exemplaire pour le faire dédicacer et de payer deux euros son dépôt au vestiaire !
Enfin, la matinée professionnelle traditionnellement organisée le lundi matin - permettant ainsi aux libraires de toutes la France de se déplacer le jour de leur fermeture - a été déportée au jeudi matin. De fait, les rencontres ont été beaucoup moins nombres, les commandes aussi...

Cette 36e édition subit une chute de 15% par rapport à 2015, soit 153 000 visiteurs contre 180 000 en 2015, loin des 200 000 annoncés donc .... Conséquence directe, les exposants ont fait un chiffre d'affaire plus faible que l'année dernière et Amélie Nothomb, la star des files d'attente de dédicaces au Salon du livre, a dû écourter sa séance...

L'échec est pourtant visible mais les organisateurs annoncent dans un communiqué de presse quasi soviétique que "Livres Paris a tenu ses promesses de "renouveau" dans une édition plus "colorée ", plus "chaleureuse". Et si le public n'est pas venu, "''les personnalités politiques se sont succédé tout au long du salon, témoignant ainsi de l’importance du livre et de la lecture dans la société''.". On se console comme on peut...

Si la prochaine édition est déjà annoncée - du 23 au 26 mars 2017 - on attend avec impatience et curiosité les "nouveautés", "le réenchantement" et les "couleurs" des brillants organisateurs de Livre Paris.

Thomas Coutenceau
Le 21 mars 2016