Rien ne t'appartient.jpgRENTRÉE 2021 Eli vient rendre visite à Tara, la femme avec laquelle son père a vécu jusqu'à sa mort il y a trois mois. Tara est pétrifiée par cette visite, les souvenirs d'Emmanuel qui remontent à la surface, elle en tremble. Car Emmanuel était tout pour Tara, un homme bon mais aussi un rempart contre ses souvenirs d'enfance, les démons qui lui ont volé une partie de sa vie. Le rempart a disparu, les souvenirs grondent, faire le deuil d'Emmanuel est déjà compliqué mais faire le deuil de son enfance, c'est tout bonnement impossible.

Car ce travail de deuil à peine commencé, les tissus comme les objets ont toujours la couleur, l'odeur et les empreintes du défunt mais aussi ceux de sa vie d'avant Emmanuel. Toucher ou déplacer quelquechose, c'est comme le déplacer lui, un sacrilège, un geste impossible qui réveille un cauchemar, un geste, enfouit depuis des années.

Trois mois seulement et la "distance respectable" entre Eli et Tara s'estompe, devient floue, se déforme. Tara est perdue entre deux mondes disparus. Deuil, souvenirs, immobilisme, rien ne nous appartient, ni hier, ni aujourd'hui, ni demain. Nathacha Appanah défait avec patience et cruauté les fils du présent pour dévoiler ceux du passé. Troublant.


Prix des libraires de Nancy 2021

Rien ne t’appartient
Nathacha Appanah
Gallimard
Collection Blanche
19 août 2021



Publié le 8 août 2021